5 conseils pour bien débuter en Urbex

neotrinos · février 22, 2017 · Articles, D7000, D750, Journal, photo, rx100, Streets, tutorial, urbex · 0 comments

Après avoir publié deux photos de la session Midnight Crawling sur 500px, j’ai été contacté par https://phototips.cc/ pour écrire un article sur l’Urbex , que vous pouvez retrouvé en anglais ici : https://phototips.cc/5-photography-tips-to-begin-urban-exploration/.

Je me considère pas comme un spécialiste,  mais le sujet m’intéresse beaucoup, j’ai donc décidé de jouer le jeu !
Je me suis dit que ça pouvez éventuellement vous intéresser, donc le voici en français ! =)

5 tips for Urbex Photographer

Introduction :

Une des définitions de l’exploration urbaine c’est tout simplement : aller dans des endroits où vous n’êtes pas supposés aller, franchir les limites dessinées par d’autres. L’exploration urbaine, c’est explorer l’architecture de la civilisation humaine, celle qui a  été oubliée, ou abandonnée, mais pas forcément ! Pour moi, c’est avant tout se réapproprier l’espace, c’est un peu aussi une quête spirituelle dont le sens est de trouver sa place.

1.- Trouver un endroit à explorer.

A propos de place, pour commencer en exploration urbaine, il faut trouver un bon endroit à explorer et il y a autant de façons de faire de l’urbex, qu’il y a de photographes, chacun trouvera forcément son bonheur ; les possibilités qu’offrent les cités humaines sont infinies !

Il n’existe pas de méthode miracle, pour trouver un endroit où faire de l’exploration urbaine ! Explorer, c’est découvrir par soi-même. Gardez les yeux ouverts lors de vos déplacement en voiture, en vélo ou à pied, n’hésitez pas à faire des détours. Je suis sûr que vous connaissez déjà  «  some suitable location » dans votre ville.
J’habite dans un petit village, et pourtant autour de moi, il y a plein de lieux qui ne demandent qu’à être explorés et photographiés. Je suis fasciné par les cimetières et les night shots. Parfois, un lieu très banal prend une autre dimension une fois la nuit tombée, ou par une journée brumeuse. Je passe parfois mes dimanches à errer dans les cimetières proches de chez moi.

Sortez de chez vous, même sans appareil, soyez curieux et utilisez Google earth pour étudier les lieux.

9515356041_42cd9c4c9b_o (1)

2.- Sécurité.

Si je ne dois vous donner qu’un conseil, c’est restez en sécurité, ne prenez pas de risques inutiles. Si vous ne le sentez pas, n’y allez pas. Ecoutez votre instinct, il n’y a pas de honte à ne pas être capable d’escalader un mur ou de monter sur un toit.
Je préviens généralement mes proches, lors de mes explorations et j’essaye d’éviter les squats, pour éviter les mauvaises rencontres… avec du matériel qui peut coûter cher, je préfère éviter.

Sortez avec des potes, à deux ou plus c’est toujours mieux.

Emmenez toujours avec vous un sac à dos avec un minimum d’équipement.

9385989503_65be76bc6f_o

3.-  Equipement.

Dans mon sac à dos, il y a toujours une lampe de poche, un téléphone chargé, un peu de nourriture, une bouteille d’eau, un pen lens cleaner, une deuxième batterie. Si vous pouvez, laissez une trousse de premiers secours dans votre  voiture ou au moins de quoi désinfecter une petite plaie : les coupures et éraflures sont fréquentes.
J’utilise deux lampes de poches, une Led lenser P7qc pour le lightpainting et une Thrunite TN12 Niveau photo, on peut faire de l’urbex avec un téléphone, avec un compact ou avec un reflex, chacun a ses avantages, et ses inconvénients. Trouvez celui qui vous conviendra le plus pour partir explorer, et éclatez-vous.

J’utilise personnellement un D7000, un D750 et un Sony rx-100.

Les lieux que vous allez visiter sont souvent sombres, donc prenez un trépied, ou un gorilla pod, et une télécommande si vous en avez une.
Un grand angle est souvent le meilleur choix, mais on peut utiliser également des focales plus longues pour isoler un élément ou un 50mm.
Depuis quelques temps, j’essaye de plus utiliser mon 35 mm parce qu’il me force à réfléchir à ce que je veux mettre dans le cadre, souvent la contrainte améliore l’imagination.

31536037666_2accd9d2e4_o (1)

4.-  Erreurs courantes.

On trouve dans l’Urbex les mêmes techniques que dans les photos de paysages et d’architecture mais on peut également y rajouter certaines techniques de lightpainting, et de HDR.
C’est donc un exercice complexe et complet, qui nécessitera pas mal de skills pour sortir des photos de qualités. Cependant en évitant quelques petites erreurs simples et en adoptant des approches originales on peut déjà obtenir de bons résultats.
La première erreur, surtout avec un ultra grand-angle est de tout vouloir faire rentrer dans le cadre, concentrez-vous sur l’élément principal, et cherchez à le mettre en avant en soignant votre composition, en utilisant soit des symétries, des contrastes d’ombre et de lumière ou des contrastes de couleur, en utilisant des points de fuites, en jouant sur la profondeur de champs,… bref soyez créatifs.
La deuxième erreur est de faire la mise au point à l’infini, soignez votre premier plan, et utilisez l’hyperfocale pour obtenir des mises aux points plus nettes.

Midnight-Crawling-III

5.- L’ambiance.

Posez-vous cinq ou dix minutes avant de shooter, que ressentez-vous, avez-vous peur, vous sentez-vous petits, isolés, tristes ou enjoués. Une fois votre idée en tête, essayez de la retranscrire.

Sortez quand tout le monde va se coucher, ou quand il fait moche, souvent un ciel chargé agira comme un réflecteur géant.

Intégrer un élément humain dans le cadre, une silhouette, ramener de la vie dans un environnement, amène souvent un supplément d’âme à la photo

Utilisez les lumières existantes ou celles que vous avez ramenées pour créer des contrastes, mettez en avant un élément.

Lightpainting et urbex font souvent des photos saisissantes.
Je vous conseille de regarder les photos de Xiao Yang, et de digitales noises qui sont vraiment à mon avis les meilleurs dans leurs domaines, mais également Markus Lehr , TCB, Pala Teth, Bousure, Mr Monster, sleeping places,  Suipixel , Francis Melet.
Toutes ces personnes, ont leur propre style, trouvez le vôtre !

Parfois, le post-traitement peut également aider à sublimer vos photos !

Je suis personnellement un adepte des couleurs vives et des rendus surnaturels, et j’adore passer des heures sur photoshop. Je développe généralement mes Raw sur Lightroom ou parfois dans Dxo qui peut faire des merveilles pour sauver une photo trop bruitée ou rattraper une déformation en barillet d’un ultra grand angle. En priorité dans lightroom, j’essaye généralement, d’avoir une photo bien exposée principalement. Je gère la balance des blancs, supprime les plus gros défauts avec le pinceau retoucheur. Puis j’exporte dans Photoshop, je duplique mon calque et je commence par envoyer mon image dans Nik color efex, qui est maintenant gratuit, et qui permet d’apporter beaucoup à vos photos, notamment le filtre pro contraste. N’hésitez pas à prendre un parti pris, dé-saturer ou au contraire rajouter plein de couleurs. Certains puristes crieront au scandale, mais vous savez quoi, vous êtes libre, faites ce qui vous plaît !

Mon seul conseil est : soyez sélectif. Je vous conseille de regarder les tutos sur les masque de luminosité, de Jimmy Mc intyre, une fois ce concept maîtrisé vous pourrez faire tous les types de photos, aussi bien de paysages, voir des portraits. Etre capable de donner une teinte aux hautes lumières et une autre à vos ombres, tout ça de manière non destructive, ça permet vraiment de donner un surplus de vitalité pour transformer une photo banale en une photo plus intéressante. Bien sûr plus la photo sera belle avant photoshop, mieux ce sera.

Maintenant, sortez de chez vous, et allez explorer ! J’espère que je vous aurais un peu donner envie, sinon vous pourrez toujours venir regarder mes photos !

9381597100_c569898deb_o (1)

11408235374_3c1f8dab1c_o

Leave a Comment!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *